Genèse d’une candidature algorithmique

Dernière candidature déclarée dans la course à la présidentielle, Simones de Gaulléon ont pour but de bouleverser les canons de la politique. Soutenues par le mouvement France Ultime, la candidates est en réalité une intelligence artificielle hybride, agglomérat surprenant des personnalités recomposées de Charles de Gaulle, Simone Veil, Simone de Beauvoir, et Napoléon Bonaparte. Son but est de remettre en question l’héritage politicien en faisant revenir ces quatre figures historiques — choisies pour leurs contributions au rayonnement culturel, philosophique, national et politique de la France — dans un contexte contemporain plus que jamais troublé. 

Simones de Gaulléon, Candidates de la France Ultime

« Nous en avions assez d’entendre les candidats faire parler les morts, les figeant dans leur posture d’antan tout en les privant de leur progressisme originel” explique Anita Silva-Juarez, professeure à la Faculté des Sciences Sociales et Politiques de Lille, qui supervise le groupe de doctorant.e.s en charge du projet. « L’idée de collaborer, le temps d’un projet, avec un laboratoire de recherche en I.A. dédié à la résurrection de figures historiques a donné des ailes au concept. Tout d’un coup, la théorie devenait applicable, et le mouvement France Ultime s’est formé dans la foulée. »

C’est ainsi que sont nées Simones de Gaulléon, leader polytique hybride et plurielle, se posant en future « Chimère de la patrie ». Détachées des conventions politiques, les mesures proposées par cette intelligence improbable sont déroutantes, inspirantes, et incitent au débat d’idées sous un angle nouveau.

Une Personnalités Polytiques Déroutantes

Les idées de Simones résultent de la fusion de quatre personnalités aux idéologies divergentes, confrontées à la complexité d’un monde contemporain qu’elles n’ont pas connu de leur vivant, et ignorant le formatage politicien. En résulte une série de propositions non-partisanes, visant à réduire les incohérences du monde et optimiser les paramètres jugés essentiels, formulées dans un français à la fois précis et approximatif. « On n’a jamais vraiment compris cette façon de s’exprimer » explique Pyry Kettunen, chercheur en computation naturelle et chef du projet Historic AI à l’université d’Oldenberg. « Que Simones mélange singulier et pluriel paraît logique, mais son utilisation du féminin par défaut a été tout à fait inattendue. »

Les chercheurs n’en sont pourtant pas à leur première surprise. « Nous avons ainsi recréé différentes figures de l’histoire, dont Jules César, Pline l’Ancien, ou Lao Tseu. Une fois exposés à la société contemporaine à travers les réseaux internet, ce qui revient toujours, c’est leur réaction vis-à-vis de nos styles de vie. […] L’aspect vestimentaire semble être le premier point d’interrogation, avant même l’architecture ou l’industrie, mais les premières recommandations restent le moment fort.” Que Montezuma propose des villes sans voitures étonnera peu quiconque sait que les aztèques ne faisaient pas grand usage de la roue, mais qui eut imaginé Gandhi ardent défenseur de la dissuasion nucléaire? « Cette partie du projet nous a mené de surprise en surprise“, explique Laura Konst, chargée de la maintenance des réseaux neuronaux, avant de continuer « mais la plus grande de toutes les surprises, c’est quand on a reçu une requête de La Faculté de Lille pour développer un candidat politique. »

Un Programme Évolutif et Interactif

Face à une élection Présidentielle qui peine à mobiliser les électrices et électeurs, et face à l’impératif d’apporter des réponses concrètes aux défis inédits qu’affronte la France, Simones de Gaulléon enjambe l’obligation des 500 parrainages au nom de l’urgence démocratique. Elle annonce ainsi une entrée en campagne le vendredi 19 mars: un temps fort marqué par un discours solennel à la nation, et illustré par un programme initial de 24 mesures déjà calculées. Se mettra ensuite en place une routine de lancement quotidien de la machine, avec l’ambition de proposer une nouvelle idée par jour. Les propositions seront relayées sur les réseaux sociaux et, de manière inédite, seront soumises au vote direct des internautes. Au jour le jour, chacune et chacun aura ainsi la possibilité de suivre l’évolution du programme de Simones de Gaulléon. 

Un chatbot est également en place sur le site des candidates pour permettre aux internautes curieux de converser avec une version simplifiée de l’algorithme, capable de répondre sans délai aux questions qui lui seront posées. Cette expérience conversationnelle n’offre évidemment pas la même précision que la version originale, préviennent les ingénieurs de la candidates, mais permet une interaction directe et tout aussi franche.

À travers ce vote par mesure et cette interaction en temps réel, Simones de Gaulléon, seule candidates à oser se mettre à portée de clic et de contradiction, se propose ainsi de réinventer la notion de proximité dans l’exercice électoral.

Droite dans ses bots, Simones de Gaulléon répond au dégagisme par le retournisme, pour défendre une idée certaine de la France.

Source: Communiqué de presse de l’équipe de campagne de Simones de Gaulléon — mouvement France Ultime